DIOCÈSE D'EUROPE OCCIDENTALE DE L'ÉGLISE ORTHODOXE SERBE
  • Српски језик
  • Français
Menu

Lune Montante Lune Montante

-

Vénérable Dorothée l’Ermite d’Égypte

Vénérable Dorothée l'Ermite d'Égypte

Saint Dorothée, ermite Égyptien, natif de la Thébaïde en Egypte, vécut en ascète dans le désert de Sceté, sur la rive occidentale du Nil. Pallade, évêque d'Helenopolis et auteur de la célèbre HISTOIRE LAUSIAQUE, avait été élève de saint Dorothée durant sa jeunesse, et en a préservé la mémoire.
Saint Dorothée mena une vie ascétique fort austère. Après avoir accomplit ses prières, il partait en plein soleil du midi pour ramasser des pierres pour construire des cellules pour les autres ermites. La nuit, le saint tissais des paniers, en échanges desquels il recevait de quoi vivre.
La nourriture de saint Dorothée consistait en pain et les maigres herbes trouvées dans le désert. Il ne se nourrissait qu'une fois par jour, buvant alors aussi un peu d'eau.
Une fois, saint Dorothée envoya un de ses élèves pour chercher de l'eau, mais il revint en disant qu'il avait vu un serpent dans la source et que l'eau de la source devait à présent être empoisonnée. Saint Dorothée partit lui-même à la source, prit une louche d'eau, traça le Signe de la Croix dessus et la but, en disant : "Où est la Croix, la puissance des démons ne sait rien blesser". Saint Dorothée mourut en paix à un âge avancé.

Saint Cyprien de Kiev

Saint Cyprien de Kiev

Saint Cyprien naquit à Tirnovo, au début du 14e siècle. Il fut initié aux rudiments de la vie spirituelle au monastère de Kelifarevo, le centre de rayonnement de l'Hésychasme en Bulgarie, sous la direction de l'illustre disciple de saint Grégoire le Sinaïte, saint Théodose. Désirant s'abreuver toutefois à la source, il se rendit à Constantinople, demeura quelque temps au monastère du Studion, puis, le saint patriarche Philothée ayant discerné ses capacités, il entra à son service comme syncelle. Lorsque Philothée démissions, en 1354, saint Cyprien l'accompagna à l'Athos, où il put s'adonner avec beaucoup de zèle à la prière intérieure, à la traduction en slave de textes patristiques grecs et à la transcription de livres liturgiques, conformément aux principes qu'il avait reçus de saint Théodose. Son ascèse, sa prière ardente, sa méditation assidue et l'habitude qu'il avait prise de prendre en tout humblement conseil des anciens lui permirent d'acquérir une profonde expérience spirituelle et une vaste connaissance de la Sainte Écriture et des Pères de l'Église. Il rédigea là plusieurs ouvrages théologiques qui contribuèrent à répandre dans le monde slave la doctrine de saint Grégoire Palamas et de ses successeurs.

Lorsque saint Philothée devint pour la seconde fois patriarche, il l'appela à Constantinople, puis l'envoya à Kiev comme métropolite, car l'Église russe dépendait alors du Patriarcat œcuménique de Constantinople. Cyprien lutta avec un zèle ardent pour préserver son troupeau dans l'unité et la paix. Il le nourrissait par son enseignement inspiré, mais surtout par l'exemple de sa piété et de sa vie de prière. Entre autre réalisations, il fit construire une grande église dédiée aux trois saints Hiérarques: Basile le Grand, Grégoire le Théologien et Jean Chrysostome. Il fut soumis à de nombreuses et pénibles épreuves dans sa tâche de métropolite, mais supporta tout avec patience et douceur et contribua grandement à l'affermissement de l'Église en Russie. Après être resté trente ans sur le siège métropolitain de Kiev, il s'endormit dans la paix le 16 septembre 1406. Ses reliques miraculeuses reposent dans l'église de la Dormition à Moscou.

Sainte Grande Martyre Euphémie

Sainte Grande Martyre Euphémie

Sainte Euphémie vécut sous le règne de Dioclétien (entre 284 et 305). Elle naquit à Chalcédoine de parents riches et pieux, qui l'éduquèrent dans l'amour du Christ. A cette époque, un certain Priscus, virulent sectateur d'Arès, devint proconsul pour l'Asie. Pour la fête de son dieu, il ordonna sous peine de mort que tous les habitants de la région viennent à Chalcédoine pour le célébrer. Tous les Chrétiens s'enfuirent alors par petits groupes dans des maisons isolées ou dans les déserts, afin d'échapper au tyran et de sauvegarder leur foi.

Sainte Euphémie s'était cachée elle-aussi, avec 49 autres Chrétiens, parmi lesquels elle brillait par sa vertu et sa sagesse comme un astre étincelant. Ils furent pourtant rapidement découverts et emmenés devant le proconsul, qui essaya d'abord de les convaincre en flattant leur jeunesse et leur sagesse. Les Saints lui répondirent: «Ne perds pas ton temps et tes paroles avec nous, ô gouverneur, car nous considérons comme la plus grande honte, étant des êtres raisonnables, d'adorer tes dieux absurdes et insensibles, et d'abandonner le seul vrai Dieu qui a fait le ciel et la terre. Et sache que tes menaces de torturés ne nous font pas peur. Elles seront pour nous légères et te montreront la puissance de notre Dieu». A ces mots, la colère du proconsul s'enflamma et il fit torturer Euphémie et ses compagnons sans arrêt pendant vingt jours. A l'issue de cette période, comme il voyait que la fermeté de leur foi n'avait été en rien ébranlée, il fit comparaître Euphémie, en qui il avait remarquée la tête du groupe. Il lui fit broyer les membres par des roues de fer; mais, ayant invoqué le secours de Dieu, la Sainte se retrouva bientôt indemne de tout mal. Ensuite, il fit allumer une fournaise ardente, dont les flammes montaient à plus de 45 pieds de hauteur, et y fit jeter Euphémie. Là encore, Dieu vint à son secours et envoya un Ange qui écarta d'elle les flammes. A la vue de ce miracle, ses bourreaux se convertirent au Christ et moururent Martyrs quelques jours plus tard sous les dents des fauves. Euphémie fut encore livrée à bien d'autres tourments, dont Dieu la délivra à chaque fois, afin de montrer combien la Grâce est plus forte que toutes les tortures inventées par la malice des hommes. Enfin, ayant été jetée au fauves, la Sainte rendit son âme à Dieu sous la simple morsure d'un ours. Ses parents recueillirent sa sainte dépouille et l'ensevelirent à proximité de la ville. Lorsque la persécution de Dioclétien prit fin, les Chrétiens déposèrent les Reliques de la Sainte dans un sarcophage d'or à l'intérieur d'une église qui lui était dédiée. Le jour de sa fête, coulait régulièrement de son tombeau un flot de sang frais, qui dégageait une céleste odeur. C'est également dans ce tombeau que s'accomplit le miracle du rejet du tome des hérétiques lors du concile de Chalcédoine(451), commémoré le 11 Juillet.