DIOCÈSE D'EUROPE OCCIDENTALE DE L'ÉGLISE ORTHODOXE SERBE
  • Српски језик
  • Français
Menu

Vénérable Samson l'Hospitalier

Publié le 13/02/2016

Vénérable Samson l'Hospitalier
Vénérable Samson l'Hospitalier

Ce saint naquit dans l’ancienne Rome de parents riches et éminents. Il y étudia toute la sagesse séculière de l’époque, se dévouant en particulier à l’étude de la médecine.

Sampson était un médecin libéral et compassionné, et il donnait aux malades la médecine tant de l’âme que du corps, conseillant à chacun d’accomplir les commandements de la Foi Chrétienne. Il partit pour Constantinople, où il vécut dans une modeste maison d’où il distribuait des aumônes, réconfortait, conseillait, donnait espoir et médicaments, et toute l’aide possible à ceux qui souffraient spirituellement et corporellement. Le Patriarche entendit parler de la grande vertu de Samson et l’ordonna prêtre. A cette époque, l’empereur Justinien le Grand tomba malade, et ces médecins pensèrent qu’il avait un mal incurable. L’empereur pria avec grande ferveur, et Dieu lui révèla en songe que Sampson le guérirait. Quand l’empereur fit amener Sampson à sa cour, le vieil homme eut à peine posé sa main sur l’endroit malade que l’empereur en était guérit. A l’offre de Justinien d’une énorme fortune, Sampson déclina, disant qu’il n’accepterait rien, et ajoutant à l’adresse de l’empereur : « O empereur, j’avais de l’argent et de l’or et d’autres richesses, mais j’ai tout abandonné pour l’amour du Christ, afin de pouvoir gagner l’éternelle richesse céleste ». L’empereur insistant pour faire quelque chose pour lui, Sampson lui demanda de bâtir une maison pour les pauvres. Dans cette maison d’accueil, Sampson pris soin des pauvres, comme un père prend soin de ses enfants. Sa compassion pour les pauvres et les faibles était une seconde nature chez lui. Le saint homme, rempli de céleste puissance et bonté, entra paisiblement dans le repos le 27 juin 530. Il fut enterré dans l’église du Saint Martyr Mocius, son parent. Après sa mort, Sampson apparu nombre de fois à ceux qui l’appelaient à l’aide.