DIOCÈSE D'EUROPE OCCIDENTALE DE L'ÉGLISE ORTHODOXE SERBE
  • Српски језик
  • Français
Menu

Vénérable Angélina de Serbie

Publié le 14/02/2016

Vénérable Angélina de Serbie
Vénérable Angélina de Serbie

Sainte Angelina était la file du pieux prince orthodoxe d’Albanie, le brave Scanderbeg. A l’époque, la majorité du peuple d’Albanie était des Chrétiens Orthodoxes qui étaient glorieux dans leur défense de la Foi. A la court de son père qui dirigeait ce peuple, la princesse Angelina grandit, croissant dans les dons de l’Esprit avec l’aide du Seigneur Dieu, et sa volonté s’affermit par l’enseignement du Christ. On ne connaît pas le nom de sa mère, mais on peut voir comment elle a été élevée, et avec quel grand soin ses parents se sont occupés de former son âme dans l’esprit de l’enseignement de l’Évangile – et qui d’autre que sa mère aurait pu lui donner une telle tension à grandir en Dieu dans son cœur et dans son âme?
Pendant qu’elle vivait, grandissant en taille et en connaissance du Seigneur, Etienne, le jeune dirigeant de Serbie, vint chercher refuge auprès de son père, fuyant ses compatriotes qui voulaient le tuer. Cet Étienne était très gentil et craignait Dieu, et quelques années auparavant il avait souffert de la vengeance du Sultan Turc qui l’avait injustement punit en le rendant aveugle. Conforté par sa claire conscience, Etienne supporta son malheur avec un cœur fort. Le prince Scanderbeg le reçut comme un parent et en peu de temps, Étienne se sentit comme un membre de la maison.
Du fait de son exil prolongé et de son caractère pieux, il n’est pas surprenant qu’il gagna la sympathie d’Angelina, et pas seulement sa sympathie, car leurs cœurs devinrent fort proches. Son amour était si fort qu’elle accepta de partager le sort du jeune dirigeant qui n’était pas seulement sans pays mais aussi sans yeux. Ayant reçut le consentement parental, le jeune couple reçut la bénédiction de l’Église dans le rite du mariage.
Dans les années qui suivirent, elle eut 2 fils, Georges et Jean. Lorsqu’ils eurent grandit, la paix dans le pays fut ruinée par l’invasion des Turcs qui commencèrent à tuer le peuple sans égard pour l’âge ou le sexe. Dès lors Etienne, avec son épouse Angelina et leurs 2 fils, s’enfuit en Italie où il vécut ce qui lui restait de jours jusqu’à son repos en 1468. Angelina resta veuve. Dans sa pauvreté, elle se tourna vers le dirigeant Hongrois pour obtenir de l’aide. Il la prit en pitié et leur donna la ville de Kupinovo en Sirmie. Ainsi en 1486 elle vint d’Italie avec ses 2 fils, emmenant le corps incorrompu de son saint mari, qu’elle enterra là dans sa patrie Serbe. Ses 2 fils devinrent aussi saints. Le premier-né, Georges, donna son titre de dirigeant à son jeune frère Jean et devint moine sous le nom de Maxime; Jean se maria mais n’eut pas de fils et mourut en 1503 alors qu’il n’était pas encore âgé. Sa vie fut remplie de bonnes œuvres et il plut à Dieu de le glorifier en accomplissant des miracles à travers la grâce jaillissant de ses reliques. C’est ainsi que tant le mari que les 2 fils moururent du vivant d’Angelina. Déjà vieille et ayant bu la coupe des larmes, elle prit sur elle la « voie angélique », et suivit une règle de prière comme moniale, pour le salut de son âme. Quand vint son heure, elle mourut en paix dans le Seigneur, et fut enterrée dans la même tombe que ses fils dans l’église du monastère de Krushedol à Frushka Gora, où de nos jours encore il y a un Office chaque année célébré à sa mémoire.