DIOCÈSE D'EUROPE OCCIDENTALE DE L'ÉGLISE ORTHODOXE SERBE
  • Српски језик
  • Français
Menu

Translation des reliques de Saint Nicéphore de Constantinople

Publié le 07/02/2016

Translation des reliques de Saint Nicéphore de Constantinople
Translation des reliques de Saint Nicéphore de Constantinople

Lorsque Saint Méthode monta sur le trône épiscopal de Constantinople après la déposition du Patriarche hérétique Jean (842), il s’adressa sans tarder à l’empereur Michel et à sa mère, l’impératrice régente Théodora, en leur disant qu’il n’était pas juste de laisser en exil le corps du Saint Patriarche Nicéphore qui, après avoir vaillamment confessé le Dogme Orthodoxe sur la vénération des Saintes Icônes, était mort loin de son troupeau spirituel après quatorze ans d’un âpre exil. La souveraine ayant acquiescé à cette proposition, Saint Méthode suivit les envoyés impériaux en compagnie d’un grand nombre de Prêtres et de moines jusqu’au Monastère de Saint Théodore, où le Saint avait été enseveli dix-neuf ans plus tôt. Ils trouvèrent la précieuse Relique incorrompue et la déposèrent sur un navire impérial, en l’escortant solennellement au chant d’hymnes spirituelles. Lorsque le navire parvint en vue du port, l’empereur et tout le Sénat vinrent à sa rencontre, tenant à la main des cierges allumés, et ils vénérèrent pieusement la Sainte Relique, puis, la portant sur leurs épaules, ils l’amenèrent à la Grande Eglise (Sainte-Sophie), où l’on célébra une veille de toute la nuit en l’honneur du Patriarche. A l’issue de cette cérémonie, on transporta le corps de Saint Nicéphore, avec la même pompe, jusqu’à l’église des Saints-Apôtres, pour l’y déposer en compagnie des empereurs et de ses saints prédécesseurs.

Il naquit à Constantinople durant la persécution impériale contre les saintes Images. Après de solides études profanes, il fut secrétaire du jeune empereur Constantin VI. Choisi pour participer au Septième Concile de Nicée, il y fut présent et actif en tant que commissaire impérial. Elu patriarche, alors qu’il était encore laïc, il reçut successivement et rapidement tous les ordres sacerdotaux. Mais cette ascension rapide ne fut pas du goût des moines du Studion. Il connut bien d’autres difficultés, en particulier avec l’empereur Léon l’Arménien qui combattait le culte des Saintes Icônes. Exilé, il préféra abdiquer devant le pseudo-concile des évêques soumis à l’empereur. Pendant ses quatorze années de bannissement, il écrivit un remarquable traité de théologie sur le culte des Images, en partant de la philosophie d’Aristote.