DIOCÈSE D'EUROPE OCCIDENTALE DE L'ÉGLISE ORTHODOXE SERBE
  • Српски језик
  • Français
Menu

Saintes Martyres Ménodore, Métrodore et Nymphodore

Publié le 15/02/2016

Ces bienheureuses, sœurs par la chair, vécurent en Bithynie sous le règne de Galère Maximilien (vers 305-311). Elles brillaient par la beauté de leur âme et de leur corps. Pour l’amour du Christ, elles se retirèrent dans les montagnes, près des sources d’eaux chaudes nommées Pythia. Loin des hommes et de tout souci du monde, elle s’appliquaient à cultiver les fleurs des saintes vertus et se délectaient du miel de la contemplation. Elles devinrent rapidement des demeures du Saint-Esprit, et beaucoup venaient à elles pour recevoir la guérison de leurs maux, tant physiques que spirituels.

Apprenant quelle réputation avaient acquise les saintes femmes, le gouverneur de la région, Fronton, les envoya chercher par une forte escorte pour les interroger et les pousser à renier le Christ. Étonné par leur sagesse et leur détermination, et voyant que rien ne pourrait les persuader d’abandonner Leur Époux bien-aimé, il fit mettre Ménodore à nue et la fit frapper par ses bourreaux pendant de longues heures, à l’issue desquelles la Sainte rendit son âme à Dieu sans avoir cesser un instant de prier. Le tyran fit ensuite comparaître les deux autres sœurs et leur montra le corps nu et meurtri de Ménodore, pensant ainsi les effrayer et refroidir leur ardeur. Mais au contraire, elles ne furent que davantage déterminées à mener à leur tour l’ultime combat. On leur brûla le corps avec des torches, puis on leur fracassa les membres avec des barres de fer. C’est ainsi qu’elles partirent à leur tour rejoindre le chœur des vierges sages dans la chambre nuptiale de leur céleste Époux.

Furieux de voir avec quel calme et quelle joie les Saintes avaient supporté tous leurs tourments, le gouverneur voulut faire brûler leurs dépouilles, afin que personne ne puisse les vénérer. Mais au moment où l’on jetait leurs corps dans la fournaise, un violent orage éclata, éteignit le feu et permit ainsi aux fidèles de donner aux Saintes une pieuse sépulture.