DIOCÈSE D'EUROPE OCCIDENTALE DE L'ÉGLISE ORTHODOXE SERBE
  • Српски језик
  • Français
Menu

Saint Prophète Jérémie

Publié le 11/02/2016

Saint Prophète Jérémie
Saint Prophète Jérémie

Sanctifié et élu par Dieu avant même sa naissance (Jr. 1:5), le Saint Prophète Jérémie vit le jour au sein d’une famille sacerdotale d’Anatot, dans le pays de Benjamin, vers 650 avant J.C.. Dès son jeune âge, il fut appelé par Dieu au ministère prophétique. Comme il hésitait et alléguait sa jeunesse et son inexpérience, le Seigneur lui toucha la bouche et lui dit : « Voici que j’ai placé mes paroles en ta bouche » (1:10). Il l’établit comme guetteur, afin d’annoncer au peuple de Juda, endurci dans l’idolâtrie, la menace imminente de l’invasion assyrienne venue du nord. Comme la bouche de Dieu, avec une fermeté et une audace qui ne se démentiront pas tout au long de son ministère, Jérémie reprocha au roi, aux princes, aux prêtres et aux faux-prophètes leur apostasie et leurs recours aux idoles des nations étrangères. Il compare le peuple de Dieu à une épouse infidèle qui a oublié l’amour du temps de ses fiançailles, lorsquelle marchait au désert derrière le Seigneur (2:1 sv.). Puisqu’elle refuse de se repentir, elle sera répudiée et livrée, telle une prostituée, aux Assyriens qui la couvriront de honte. Rempli pourtant de compassion à l’égard de son peuple, le Prophète ressent à l’avance, en sa propre personne, les douleurs à venir, et il s’écrie : « Mes entrailles, mes entrailles ! Que je souffre… Mon cur s’agite en moi, je ne peux me taire ! » (4:19). En effet, Jérémie n’est pas seulement le messager chargé d’annoncer les décrets divins, mais, préfigurant la mission de Notre Seigneur, il assume en lui-même le sort de son peuple et souffre pour son salut. Sans se lasser, pendant des années, il transmettra les oracles divins, soit par des paroles empreintes d’un lyrisme majestueux, soit par des actions symboliques commandées par Dieu, soit encore par sa propre vie et ses souffrances, annonciatrices de la Passion rédemptrice de Jésus-Christ.

Une fois, Dieu lui montra en vision une marmite bouillante, l’ouverture tournée vers le Nord, en lui disant que c’est du Nord qu’allait déborder le malheur. Une autre fois, Il l’envoya chez un potier qui travaillait au tour et qui, lorsqu’il manquait un vase, le défaisait et remodelait un autre avec l’argile. « Comme l’argile dans la main du potier, ainsi êtes-vous dans Ma main, maison d’Israël » dit le Seigneur. Un Prophète doit être un signe, c’est pourquoi Dieu lui interdit de prendre femme et d’avoir une progéniture dans ce pays voué à l’épée et à la famine. Il lui défendit également d’entrer dans une maison où l’on festoie, car Il allait faire taire les chants d’allégresse et les consolations (16). Il allait retirer Sa grâce et rejeter son peuple dans un pays lointain. Toute la vie du Prophète sera donc vouée à dénoncer les vains espoirs forgés par le peuple sous l’influence des faux-prophètes et à annoncer la catastrophe, mais il prêchera aussi que, de loin, s’annonce la réconciliation messianique de Dieu avec Son peuple renouvelé.

Dès les premières années de sa mission Jérémie se heurta au mépris et aux moqueries de ces concitoyens, c’est pourquoi il compare le peuple obstiné à une vigne vendangée et désormais inutile. Alors Dieu lui apparut et l’exhorta à tenter encore une fois de trouver ne serait-ce qu’une grappe sur un sarment, c’est-à-dire une âme disposée à la conversion (6). Mais cette tentative se heurta de nouveau à un échec. Le Prophète est semblable à un forgeron qui aurait éprouvé le métal par le feu de la parole divine, et qui doit finalement constater que la rouille ne s’en détache pas et qu’il le faut mettre au rebut (6:27).

En 612, la chute de Ninive et la décomposition de l’empire assyrien semblèrent annoncer la libération des peuples soumis à sa domination. Trois ans plus tard, les armées du pharaon Nékao (609-595) tentèrent de traverser la Palestine pour aller combattre les Mèdes et les Perses. Craignant des conséquences néfastes pour son royaume, le roi Josias (640-609) s’efforça de leur barrer le passage, mais il mourut dans la bataille de Mégiddo, laissant le royaume de Juda soumis à l’Egypte. Peu de temps après sa victoire, le pharaon fut lamentablement vaincu par Nabuchodonosor, à Karkémish sur l’Euphrate (605), et la Palestine tomba cette fois sous le joug babylonien. Cette nouvelle situation semblait ruiner les espoirs de restauration religieuse et morale suscités par la réforme entreprise par le roi Josias après la découverte du Livre de la Loi (cf. IV Rois 22-23). Dès la mort du souverain, le peuple retomba dans l’injustice et la perversion des moeurs, il retourna aux cultes païens de Baal et Moloch, en leur ajoutant, de surcroît, d’autres divinités et cultes babyloniens. On ne se contentait plus que d’une pratique extérieure de la Loi, mêlée de superstitions et d’une quantité de pratiques magiques. Devant cette situation critique, Jérémie, après douze ans de silence, reprit la parole en public, dans le parvis du Temple, le jour de la fête de l’intronisation du roi, pour s’élever contre la confiance insensée que le peuple avait pour le Temple devenu « caverne de brigands », et il annonça sa prochaine destruction par la colère de Dieu si les Juifs refusaient de se repentir (7, 11:14). Dans un commun élan de rage, les prêtres, les faux-prophètes et le peuple s’emparèrent du Prophète et le conduisirent devant le roi, afin qu’il soit puni de mort pour avoir blasphémé contre le Temple (33:7). Il fut relâché, mais il allait désormais être poursuivi par la haine tenace des prêtres et des fauxprophètes.

Ne trouvant autour de lui que mensonges et duperies, découragé, Jérémie souhaitait se retirer dans une cabane au désert, loin de ce peuple adultère qui allait de crime en crime et refusait de se convertir (9:1). Mais, confirmé par la parole de Dieu, qui était pour lui « son ravissement et l’allégresse de son cur » (15:16), il n’abandonna pas sa mission et annonça envers et contre tous, la destruction prochaine du royaume de Juda et la déportation de ses habitants. Cette prédication suscita une telle opposition que dans sa patrie même, Anatot, les prêtres et certains membres de sa famille tentèrent d’empoisonner le Prophète qui s’était offert à eux « tel un agneau confiant qu’on mène à l’abattoir » (11:19). Resté seul, maudit par ses compatriotes et privé de toute consolation, Jérémie éleva alors un cri de détresse vers Dieu, et le Seigneur lui répondit : « Ils lutteront contre toi, mais ne pourront rien contre toi, car Je suis avec toi pour te sauver et te délivrer… » (15:19). Sur l’ordre de Dieu, il alla, en présence des prêtres et des anciens du peuple, briser une cruche à la porte des Tessons, annonçant que le siège de la ville était imminent et que la vallée qui s’étendait en contre-bas serait appelée « Vallée du Carnage ». Comme il répétait le même message, un jour de fête, dans le parvis du Temple, le prêtre Pashehur, chef de la police du Temple, frappa l’homme de Dieu, puis il le fit mettre au carcan. Délivré au matin, Jérémie reprit de plus belle sa prédication. On lui interdit dès lors l’accès au Temple et des espions furent envoyés partout où il prêchait, afin de surprendre ses paroles.

La victoire des Chaldéens sur l’Egypte, à Karkémish, fut pour le prophète l’occasion de souligner l’imminence du danger et de renouveler ses appels au repentir. Il dicta alors à son secrétaire Baruch (cf. 28 sept.) l’oracle du Seigneur et lenvoya lire ce rouleau manuscrit dans le Temple devant le peuple rassemblé (36). Le roi informé se fit lire le rouleau et, au fur et à mesure de la lecture, il le déchirait et le jetait au feu, puis il ordonna d’arrêter Jérémie et Baruch. Mais ceux-ci réussirent à se cacher et échappèrent ainsi aux recherches.

Après quelques années de soumission à Nabuchodonosor le roi Joaquim se révolta (599), entraînant une expédition punitive des Babyloniens qui ravagèrent les campagnes de Juda. L’année suivante, Nabuchodonosor vint lui-même faire le siège de Jérusalem. Au bout de trois mois, la ville tomba aux mains des Chaldéens et le nouveau roi, le jeune Jéchonias (Joakîn), fut exilé à Babylone avec sa mère, les notables et dix mille gens du peuple. Malgré cette catastrophe le peuple resté à Jérusalem ne se corrigea pas de ses moeurs dépravées et les faux-prophètes continuèrent à entretenir l’espoir d’un retour rapide des exilés et d’une révolte triomphante. Alors que des envoyés des peuples voisins s’étaient rendus à Jérusalem pour négocier avec le nouveau roi de Juda, Sédécias, une coalition contre les Chaldéens, Jérémie se présenta en public, chargé d’un joug et lié de cordes, disant au Nom de Dieu : « Toute nation qui ne se soumettra pas au joug du roi de Babylone, c’est par l’épée, la famine et la peste que je la visiterai… » (27:8). Quelque temps plus tard, le faux-prophète Hananya vint au Temple, il enleva le joug de dessus la nuque de Jérémie et le brisa, disant qu’après deux années les exilés reviendront et Dieu brisera le joug du roi de Babylone (28:1). Mais, sous l’inspiration de Dieu, Jérémie dénonça le mensonge d’Hananya, prédit sa mort prochaine et annonça que le joug de bois qu’il venait de briser serait remplacé par un joug de fer (28:12). Convaincu par le vrai prophète de Dieu, Sédécias refusa d’entrer dans la coalition et envoya des émissaires à Babylone pour témoigner de sa loyauté. Ceuxci étaient porteurs d’une lettre de Jérémie aux déportés, leur annonçant qu’à l’issue de leur exil, qui devait durer soixante-dix ans, Dieu allait se réconcilier avec eux et se laisserait trouver par ceux qui le chercheront de tout leur cur (29:13), et que les déportés du royaume d’Israël et du royaume de Juda reviendront vers la Terre Promise avec des cris de joie. Dieu rassemblera alors de nouveau ses brebis dispersées et conclura avec son peuple une Nouvelle Alliance, une alliance spirituelle et éternelle. « Je mettrai Ma loi au fond de leur être et Je l’inscrirai sur leur coeur. Alors Je serai leur Dieu et ils seront Mon peuple » (31:33).

A l’issue de cette période de calme, une nouvelle vague d’insurrection commença à agiter le royaume de Juda et les peuples voisins sous l’égide de l’Egypte (588). Confiant dans les promesses des Egyptiens et dans les fortifications de sa capitale, Sédécias refusa d’écouter les conseils de prudence et de soumission de Jérémie. Les événements vinrent toutefois rapidement confirmer les craintes du Prophète. Les Babyloniens arrivèrent en vue de Jérusalem, ravageant tout sur leur passage. Malgré l’aide des Egyptiens, qui permit une interruption provisoire du siège, les armées babyloniennes revinrent bientôt à l’attaque, pour un siège qui allait entraîner la ruine de Jérusalem. Pendant la trêve, alors que Jérémie sortait de la ville afin d’aller toucher une part d’héritage au pays de Benjamin, il fut arrêté et accusé de vouloir passer à l’ennemi. Frappé par les soldats et sans pouvoir se justifier, il fut jeté dans un souterrain voûté et humide, et soumis aux mauvais traitements. Le roi le fit alors convoquer en secret pour le questionner sur l’issue du siège. Au nom de Dieu, le Prophète lui dit qu’il allait être livré entre les mains du roi de Babylone. Jérémie fut alors enfermé dans la cour de garde du palais, au moment où les Chaldéens reprenaient le siège. Alors que la ville était livrée à la famine et à l’épidémie, les princes annoncèrent au roi que le prophète captif continuait de décourager le peuple en annonçant que seuls ceux qui se rendraient aux Chaldéens auraient la vie sauve. Avec l’accord de Sédécias, ils se saisirent de lui et le descendirent dans une citerne fangeuse, en le vouant à une mort certaine. Mais un Ethiopien servant à la cour, Ebed-Mélek, prit compassion de son sort et obtint du roi qu’il en soit tiré. Jérémie resta dans la cour de garde jusqu’à la prise de la ville.

En juillet 586, une brèche fut ouverte dans la muraille et, à la fin du mois suivant, Jérusalem la fière tomba en proie à la fureur des Chaldéens. Sédécias essaya de s’enfuir, mais il fut rattrapé par l’ennemi et conduit devant Nabuchodonosor qui fit massacrer ses fils sous ses yeux avant de l’aveugler et de l’envoyer en exil à Babylone. La ville et le Temple furent incendiés, la muraille abattue, les trésors pillés et la plus grande partie du peuple envoyée en déportation, accomplissant ainsi les prophéties de Jérémie.

Le vieux Prophète fut délivré de ses liens par les Babyloniens et emmené avec les captifs. C’est en laissant derrière lui la ville en flamme qu’il aurait prononcé, dit-on, ses sublimes Lamentations. Parvenu à Rama, il fut relâché et laissé libre d’aller où il voulait. Refusant d’aller à Babylone, il préféra se rendre à Miçpa auprès de Godolias, auquel avait été remis le gouvernement du petit peuple qui n’avait pas été déporté.

MJérémie lapidationais, après deux mois seulement, Godolias fut assassiné. Le peuple, craignant les représailles des Chaldéens, chercha alors à fuir en Egypte, malgré les avertissements de Jérémie qui recommandait de ne pas craindre le roi de Babylone et de se confier en la protection de Dieu. De nouveau, ni les officiers ni le peuple ne voulurent se soumettre à la parole de Dieu, et ils partirent pour l’Egypte. Suivant malgré lui les fuyards qui étaient parvenus à Tahpanhès, à l’est du Delta du Nil, Jérémie leur annonça la prochaine incursion de Nabuchodonosor en Egypte, où il allait servir une nouvelle fois d’instrument à la colère divine contre l’idolâtrie et l’endurcissement du coeur de Son peuple. En 568, Nabuchodonosor entra effectivement en Egypte, brisant tous les monuments du culte égyptien et répandant la mort et la ruine sur son passage. Seuls quelques rares rescapés Juifs purent retourner en Palestine.

Selon une tradition apocryphe, le Prophète Jérémie fut alors lapidé par ses compatriotes à Taphès, en Egypte, scellant par sa mort l’annonce prophétique de Celui qui devait s’offrir à la mort pour le Salut de tous les hommes.