DIOCÈSE D'EUROPE OCCIDENTALE DE L'ÉGLISE ORTHODOXE SERBE
  • Српски језик
  • Français
Menu

Saint Néomartyr Gorazd de Tchéquie

Publié le 14/02/2016

Saint Néomartyr Gorazd de Tchéquie
Saint Néomartyr Gorazd de Tchéquie

Matthias (ou Matej) Pavlik est né le 26 mai 1879, dans la ville d’Hrubavrbka, en Moravie, dans ce qui devait par la suite devenir la République Tchèque. Né dans la société catholique-romaine de l’Empire Austro-Hongrois, Matthias continua ses études à la faculté de théologie catholique-romaine d’Olomouc, après avoir achevé ses études secondaires. Il fut ensuite ordonné prêtre. Durant ses études, il s’intéressa à la mission des saints Cyril et Méthode et au Christianisme Orthodoxe. Avec la fin de la 1ère Guerre Mondiale et la fondation du nouveau pays, la Tchécoslovaquie, les contraintes légales forçant à être catholique-romain furent brisées. Dans cet environnement, nombreux furent ceux qui quittèrent l’Eglise catholique-romaine, et nombreux regardèrent vers le Christianisme Orthodoxe. Le p. Pavlik fut de ceux-là. L’Eglise Orthodoxe de Serbie accueilli tous ceux qui regardaient vers l’Orthodoxie. En tant que dirigeant en Moravie, l’Eglise de Serbie accepta de consacrer le p. Pavlik à l’épiscopat pour sa patrie. Le 24 septembre 1921, il fut consacré évêque sous le nom de Gorazd.
Historiquement, son nom monastique de Gorazd avait beaucoup de signification, puisque c’était le nom de l’évêque qui avait succédé à saint Méthode comme évêque de Moravie après son décès en 885. Par la suite, le pape de Rome Etienne 5 chassa hors de Moravie les disciples de saint Méthode lorsque le rite Latin fut imposé. Dès lors, par le choix de ce nom monastique de Gorazd, la continuité avec l’Eglise Orthodoxe en Moravie quelque 1100 ans auparavant était reconnue.
L’archimandrite Gorazd fut nommé évêque de Moravie et Silésie le 24 septembre 1921, et consacré le lendemain évêque en la cathédrale du Saint Archange à Belgrade, Yougoslavie, par le patriarche Dimitri.
Durant la décennie qui s’ensuivit, l’évêque Gorazd et ses fidèles organisèrent des paroisses et bâtirent des églises en Bohème. En tout, ils bâtirent 11 églises et 2 chapelles. Il fit traduire les principaux livres liturgiques et les publier en Tchèque, qui était le langage utilisé dans les offices à l’église. Dans les parties Russo-Sub-carpathique et Slovaque de la Tchécoslovaquie, il assista nombreux de ceux qui voulaient revenir à leur ancestrale Foi Orthodoxe.
Avec la conquête de la Tchécoslovaquie par les Nazis en 1938, l’Eglise fut placée sous un métropolite Orthodoxe à Berlin, Allemagne. On assigna comme dirigeant pour la Tchécoslovaquie Reinhard Heydrich, qui était censé être désigné comme successeur à Adolf Hitler. Le 27 mai 1942, un groupe de résistants Tchèques attaqua et tua Heydrich lorsque sa voiture ralenti dans un virage près de la cathédrale des saints Cyril et Méthode à Prague. En s’enfuyant, le groupe trouva refuge dans la crypte de la cathédrale. Lorsque l’évêque Gorazd les découvrit quelques jours plus tard, il comprit la grave situation dans laquelle cela plaçait l’Eglise Orthodoxe de Tchécoslovaquie, et avant de partir pour la consécration à l’épiscopat du p. Jan (Gardner) à Berlin, il demanda aux résistants de trouver le plus vite possible une autre cachette. Cependant, le 18 juin, les Nazis découvrirent la cachette après que 2 membres aient trahi les autres résistants, et tous les membres du groupe furent tués.
Les représailles arrivèrent bien vite. Les 2 prêtres et le responsable laïc de l’église furent arrêtés. L’évêque Gorazd, souhaitant aider ses fidèles et l’Eglise de Tchécoslovaquie en elle-même, prit sur lui la responsabilité des actions dans la cathédrale, adressant même une lettre en ce sens aux autorités Nazies. Mais le 27 juin 1942, il fut arrêté et torturé. Le 4 septembre 1942, l’évêque Gorazd, les prêtres de la cathédrale et les principaux responsables laïcs moururent fusillés.
Les représailles continuèrent pour autant, les Nazis effectuant de larges rafles de Tchèques, y compris le village complet de Lidice, puis tuant sommairement les hommes et plaçant les survivants dans des camps de travail forcé. Les églises Orthodoxes en Moravie et Bohème furent fermées et l’Eglise interdite de fonctionner. Le métropolite Seraphim refusa courageusement de publier la moindre condamnation de l’évêque Gorazd. Ce ne fut pas avant la fin de la guerre que l’Eglise Orthodoxe de Tchécoslovaquie fut à nouveau en mesure de fonctionner.

Glorification
Par ces actions des fidèles Orthodoxes qui, guidés par leur évêque, prouvèrent les qualités de leur petite Eglise en matière de bravoure et de dévotion en matière de justice, et montrèrent à quel point elle était profondément liée à la nation Tchèque. Le 4 mai 1961, l’Eglise Orthodoxe de Serbie a reconnu l’évêque Gorazd comme un néo-martyr, et le 24 août 1987, il fut glorifié en la cathédrale de Saint-Gorazd à Olomouc, en Moravie.