DIOCÈSE D'EUROPE OCCIDENTALE DE L'ÉGLISE ORTHODOXE SERBE
  • Српски језик
  • Français
Menu

Saint Apôtre Paul

Publié le 13/02/2016

Saint Apôtre Paul
Saint Apôtre Paul

De saint Paul, le « Premier après l’Unique », que dire? alors que le maître de l’éloquence, Saint Jean Chrysostome, était pris d’une sorte d’ivresse dès qu’il prononçait son nom, et qu’il interrompait son discours pour chanter ses louanges. Lui qui s’estimait le dernier des Apôtres, et indigne même du nom d’Apôtre, devint le Vase d’élection de la grâce, à nul autre semblable, tant par l’abondance des révélations et des dons spirituels, mais surtout par les travaux et les tribulations endurées au nom du Christ, de sorte qu’en vérité il a pu être nommé l’Apôtre par excellence.

Juif de la tribu de Benjamin, il naquit à Tarse, en Cilicie (vers l’an 10), dans une de ces communautés juives de la Dispersion, qui restaient farouchement fidèles aux traditions de leurs pères. Il avait reçu le nom de Saül et jouissait, par son père, du statut privilégié de citoyen romain. Il grandit dans cette ville cosmopolite au contact de la civilisation grecque, mais son zèle pour la Loi porta ses parents à l’envoyer à Jérusalem, où, étant entré dans la secte des Pharisiens, il suivit l’enseignement du fameux rabbi Gamaliel l’Ancien. Il partageait la haine de ses pères pour les Chrétiens, qu’il considérait comme de dangereux transgresseurs de la Loi, et c’est en l’approuvant qu’il assista à la lapidation de Saint Etienne. Animé d’un furieux empressement et ne « respirant que menace et carnage à l’égard des disciples du Seigneur », il pénétrait dans les maisons, en arrachait hommes et femmes, et les jetait en prison. Ayant obtenu du grand prêtre des lettres de recommandation, il se mit en route pour la synagogue de Damas, afin d’emmener enchaînés à Jérusalem les adeptes du Christ qu’il y trouverait.

Comme il approchait de Damas, une lumière venue du ciel l’enveloppa soudain de sa clarté. Tombant à terre, il entendit une voix qui disait : « Saül, Saül, pourquoi Me persécutes-tu? » — « Qui es-tu, Seigneur? » demanda-t-il. — « Je suis Jésus, c’est Moi que tu persécutes », reprit la voix, et Elle lui recommanda d’entrer dans la ville. Saül se releva de terre, mais il ne voyait plus rien, ses yeux ayant été comme brûlés par l’éclat excessif de cette lumière, que lui seul avait vue, et il dut être conduit par la main à Damas par ses compagnons. Il resta trois jours, sans boire ni manger, jusqu’au moment où un disciple, nommé Ananie (cf. 1er oct.), ayant été prévenu par un Ange, vint lui imposer les mains au Nom de Jésus pour lui rendre la vue, et il le baptisa. Devenu aussitôt un autre homme et rempli de 1 ‘Esprit Saint, Paul se mit à proclamer Jésus Fils de Dieu dans les synagogues, à la grande stupéfaction des Juifs qui avaient entendu parler de lui comme d’un ennemi acharné des Chrétiens. Ils finirent par se concerter pour le faire mourir; mais, prévenu à temps, Paul put s’enfuir en étant descendu le long de la muraille dans une corbeille. Il se rendit alors en Arabie, à l’est du Jour dain (cf. Gal. 1:17), où il passa deux ans, préparant ses missions dans la retraite, par le jeûne et la prière.

A partir de ce moment, toute sa vie fut entièrement consacrée au service du Seigneur qui l’avait « saisi », allant droit de l’avant, tendu de tout son être, en vue du prix que Dieu réserve, dans le Christ, à ses fidèles serviteurs (cf Phil. 3:14). Il pouvait se vanter d’être « mort à la Loi, afin de vivre à Dieu », proclamant à haute voix : « Ce n’est plus moi qui vit, c’est le Christ qui vit en moi! » (Gal. 2:20). Le Seigneur se révéla à lui, en effet, par quantité de visions et de révélations; et, un jour , il fut même ravi jusqu’au troisième ciel et y entendit des paroles ineffables, qu’aucun homme avant lui n’avait pu entendre (cf IICor. 12). Loin de s’enorgueillir cependant de l’excellence de ces révélations, il ne s’en dépensait que davantage au ministère de l’Evangile, avec une fougue qui lui faisait mépriser tous les risques : Sept fois il fut emprisonné , cinq fois flagellé par les Juifs, trois fois battu de verges, une fois lapidé, à trois reprises il fit naufrage. « Voyages sans nombre, dangers des rivières, dangers des brigands, dangers de mes compatriotes, dangers des païens, dangers de la ville, dangers du désert, dangers de la mer, dangers des faux frères! Labeurs et fatigues, veilles fréquentes, faim et soif, jeûnes répétés, froid et nudité! Et sans parler du reste, mon obsession quotidienne, le souci de toutes les Eglises! » (IICor. 11:25 -28). De toutes ces faib lesses, il se glorifiait pourtant, et il se complaisait dans les outrages et les persécutions endurées pour le Christ, car le Seigneur lui avait Lui-même déclaré en vision : « Ma grâce te suffit : car la puissance se déploie dans la faiblesse » (II Cor. 12:9). Accomplissant le ministère de la Prédication par des signes, des prodiges et par la puissance de l’Esprit, depuis Jérusalem jusqu’à l’Illyrie et aux confins de l’Occident, l’Apôtre se présentait, « faible et tout tremblant », sans que son discours n’eût rien de la sagesse du monde, et ne voulant rien proclamer d’autre que « Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié » (cf. 1 Cor. 2). Il se faisait « tout à tous, afin d’en sauver à tout prix quelques-uns », engendrant dans le Christ des disciples, pour lesquels il ne cessait de souffrir volontairement, jusqu’à ce que le Christ fût pleinement formé en eux, par la grâce de l’Esprit de filiation (cf Gal. 4).

Ayant fait un bref séjour à Damas après sa retraite en Arabie, Paul dut s’enfuir à nouveau et il se rendit à Jérusalem. Comme les fidèles avaient peur de lui et ne pouvaient croire qu’il fût vraiment devenu disciple, Barnabé le présenta aux Apôtres Pierre et Jacques, et se porta garant de l’authenticité de sa vision. Dès lors, Paul allait et venait avec eux, prêchant avec assurance au Nom du Seigneur. Mais, au bout de deux semaines seulement (Gal. 1:18), des Juifs « hellénistes » » ayant formé le projet de le tuer, il fut emmené par des disciples à Césarée, où il s’embarqua pour Tarse, sa patrie.
Peu après, la nouvelle étant parvenue à Jérusalem, que des païens avaient embrassé la foi à Antioche, on y députa Barnabé. Celui-ci y constata la grâce accordée par Dieu et partit chercher Paul à Tarse, et pendant un an ils vécurent à Antioche y instruisant une foule considérable. C’est là que les disciples reçurent pour la première fois le nom de Chrétiens. Un Prophète ayant annoncé qu’une grande famine allait affliger l’Empire, et en particulier la Palestine (49-50), les fidèles d’Antioche firent une collecte et chargèrent Paul et Barnabé de porter ces secours aux frères de Jérusalem. Quand ils furent de retour à Antioche, un jour où la Communauté était en prière, l’Esprit Saint dit : « Mettez-moi donc à part Barnabé et Saül en vue de l’œuvre à laquelle je les ai appelés. » Après avoir jeûné et prié, les frères leur imposèrent les mains et les envoyèrent en mission. Ils s’embarquèrent à Séleucie pour Chypre. A Salamine, ils se mirent aussitôt à annoncer la Parole de Dieu dans les synagogues, et ils traversèrent l’île, jusqu’à Paphos, où le proconsul romain, Sergius Paulus, embrassa la foi, malgré l’opposition du magicien Elymas que Paul frappa de cécité. De Paphos, ils gagnèrent Pergé en Pamphylie, et de là Antioche de Pisidie, où Paul convertit nombre de Juifs et de prosélytes après avoir prêché le repentir dans la synagogue. Le sabbat suivant, presque toute la ville s’assembla pour entendre la Parole de Dieu; et comme les Juifs faisaient opposition à l’Apôtre, en l’interrompant par des blasphèmes, il rétorqua : « Puisque vous ne vous jugez pas dignes de la vie éternelle, eh bien! nous nous tournons vers les païens! » Tout joyeux, les païens qui étaient présents accueillirent sa prédication et embrassèrent la foi. Mais les Juifs ayant gagné les notables, firent chasser de la cité Paul et Barnabé, qui se rendirent alors à Iconium. Ils commencèrent, là aussi, leur prédication par la synagogue, et une grande foule de Juifs et de païens adhérèrent à la foi. Les Apôtres prolongèrent leur séjour, le Seigneur rendant témoignage à leur enseignement par des signes et des prodiges. Cependant leur succès suscita là encore l’opposition des Juifs restés incrédules, et ils durent chercher refuge en Lycaonie. A Lystres, Paul guérit un impotent de naissance, et la foule, prenant les deux Apôtres pour des dieux, voulut leur offrir un sacrifice. Cependant des Juifs vinrent d’Antioche et d’Iconium, et ils réussirent à tourner en haine l’enthousiasme des habitants de Lystres. Paul fut lapidé, puis traîné comme mort en dehors de la ville. Dès qu’il se fut relevé, il partit pour Derbé, où il fit bon nombre de disciples, puis il retourna à Lystres, Iconium et Antioche pour affermir le cœur des croyants, leur disant : « Il faut passer par bien des tribulations pour entrer dans le Royaume de Dieu. » Dans chaque Eglise qu’il fondait, l’Apôtre désignait des anciens, pour régir la communauté, régler les différents et poursuivre son enseignernemt. Les ayant tous confiés à la protection du Seigneur, ils reprirent le chemin du retour vers Antioche de Syrie.

A leur arrivée, ils rassemblèrent l’Eglise et racontèrent tout ce que Dieu avait réalisé par leur entremise, et comment Il avait ouvert aux païens la porte de la foi. C’est alors que des frères, venus de Judée, prétendirent qu’il était nécessaire pour les païens convertis de se faire circoncire. Une vive discussion s’ensuivit, et Paul et Barnabé furent envoyés auprès des Apôtres à Jérusalem pour trancher ce litige. Ils y rapportèrent tout ce que Dieu avait accompli parmi les païens et, après avoir statué pour ne pas imposer aux Gentils le fardeau inutile de la Loi, les « colonnes » : Pierre, Jacques et Jean, tendirent la main à Paul et Barnabé, en signe de communion, leur confiant l’évangélisation des païens, tandis qu’eux se réservaient celle des circoncis (Gal. 2).

De retour à Antioche, Paul y annonça assez longtemps la Bonne Nouvelle. C’est alors qu’il blâma Pierre qui, par crainte des fidèles issus du Judaïsme, avait cessé de fréquenter les frères d’origine païenne. Quelque temps après, Paul décida d’entreprendre un second grand voyage missionnaire, pour visiter et encourager les frères dans les villes précédemment évangélisées (de 49 à 53). Etant entré en désaccord avec Barnabé, à propos de Marc qui les avait abandonnés en Pamphylie, ils se séparèrent : Barnabé et Marc partirent pour Chypre, alors que Paul, prenant avec lui Silas (cf. 30 juil.), partit à pied vers le nord. Ils traversèrent la Syrie et la Cilicie, où ils affermirent les disciples, puis visitèrent Derbé, Lystres et Iconium.
A Lystres, ils s’adjoignirent Timothée (cf. 22 janv.), puis, leur mission ayant rencontré des obstacles en Asie et en Bithynie, ils se rendirent à Troas, où Paul eut une vision l’engageant à porter l’Evangile en Macédoine. Parvenus à Philippes, par Samothrace et Néapolis (Thrace), les Apôtres adressèrent la parole, le jour du sabbat, à des femmes qui s’étaient rassemblées hors de la ville pour y prier. Le Seigneur ouvrit le cœur de Lydie, qui se fit baptiser avec tous les siens, et offrit l’hospitalité aux Apôtres. Mais quand Paul eut chassé le démon d’une esclave qui rendait des oracles, ses maîtres, voyant disparaître leurs espoirs de gain, livrèrent Paul et Silas aux magistrats, en les accusant de jeter le trouble dans la ville. Ils furent roués de coups et jetés dans un profond cachot, les pieds serrés dans des ceps. Vers minuit, alors que les deux Apôtres chantaient les louanges de Dieu, un violent tremblement de terre ébranla la prison, les liens des prisonniers se détachèrent et les portes s’ouvrirent. Devant ce prodige leur geôlier demanda à recevoir aussitôt le baptême, avec tous les siens. Au matin, les licteurs venus les relâcher, furent effrayés en apprenant quils étaient citoyens romains, et ils leurs firent publiquement des excuses.

Lorsqu’ils arrivèrent à Thessalonique, Paul se rendit, comme de coutume, à la synagogue pour y prêcher d’abord aux Juifs le Christ ressuscité des morts. Quelques-uns d’entre eux se laissèrent convaincre, ainsi qu’un grand nombre de païens et certaines dames de la haute société. Les Juifs ne se lassaient pas cependant de provoquer des troubles et ils avertirent les autorités, accusant les Apôtres d’agir à l’encontre des édits de l’empereur en proclamant un autre roi : Jésus. Sortant de la ville, de nuit, à la dérobée, Paul et Silas se rendirent à Bérée, où les Juifs accueillirent avec grand empressement leur prédication, et de nombreuses conversions s’ensuivirent. Mais des perturbateurs étant arrivés de Thessalonique, Paul dut partir pour Athènes, laissant Silas et Timothée derrière lui pour confirmer 1’oeuvre accomplie.

Parvenu dans la capitale de l’Hellénisme, Paul fut bouleversé de voir cette ville pleine d’idoles. Il s’entretenait avec les Juifs à la synagogue et chaque jour sur l’agora, avec les passants, philosophes ou curieux à l’affût des dernières nouveautés. Prenant la parole un jour, debout au milieu de l’Aréopage, l’Apôtre leur dit que, parcourant la ville, il avait trouvé un autel portant l’inscription : « Au dieu inconnu ». « Eh bien! ce que vous adorez sans le connaître, je viens, moi, vous l’annoncer! » dit-il à haute voix. Et il continua son discours sur le Dieu Créateur du ciel et de la terre, utilisant avec habileté les meilleures intuitions des philosophes païens relativement à la vocation divine de l’homme. Mais quand il se mit à parler d’un homme ressuscité des morts, ses auditeurs se moquèrent de lui, excepté Denys l’Aréopagite (cf. 3 oct.), une femme nommée Damaris (cf. 2 oct.) et quelques autres qui embrassèrent la foi. Quittant alors Athènes, Paul se rendit à Corinthe, où il demeura dans la maison de Priscille et Aquila (cf 13 fév.), qui exerçaient comme lui la profession de fabricants de tentes. Pendant la semaine, il gagnait son pain à la sueur de son front, sans profiter de son droit à vivre de la prédication de l’Evangile, afin de n’être à charge à personne et de ne pas donner à ses opposants prétexte à accusation; et le jour du sabbat, il discourait à la synagogue. Se heurtant une fois encore à l’opposition des Juifs, il se tourna vers les païens, et beaucoup de Corinthiens se firent baptiser. A part de rares exceptions, Paul ne baptisait pas lui-même, car son oeuvre était de « poser des fondements »‘ par la prédication de la Bonne Nouvelle, et il laissait ses disciples bâtir le Temple de Dieu dans le cœur des fidèles et organiser la communauté ecclésiale. Par la suite, il écrira aux Chrétiens de Corinthe ses deux Epîtres qui nous sont conservées, et peut-être d’autres, pour les réprimander sur les rivalités qui les divisaient, blâmer les pratiques qui s’écartaient de la conduite évangélique et leur enseigner à tout faire « dignement et dans l’ordre », en recherchant les dons spirituels, dont le couronnement est la Charité, pour leur édification commune, en un seul Corps.

Encouragé à persévérer dans sa prédication, Paul resta dans cette ville un an et demi, et c’est là qu’il écrivit sa première Epître, adressée aux Chrétiens de Thessalonique, qui s’inquiétaient sur le sort des défunts lors du retour glorieux du Christ. Les Juifs, insatiables en intrigues, parvinrent à le traduire en justice devant le proconsul d’Achaïe, Gallion, mais celui-ci refusa de prendre parti dans une controverse concernant la Loi, et il le renvoya. Prenant finalement congé des frères de Corinthe, Paul s’embarqua pour Antioche. Faisant halte à Ephèse, il prêcha brièvement à la synagogue, et quitta la ville en promettant à ceux qui l’avaient écouté avec intérêt de revenir bientôt. Effectivement, après avoir passé quelque temps à Antioche, il repartit pour un troisième périple (de 53 à 58). Ayant parcouru la Galatie et la Phrygie en confirmant la foi des disciples, il revint à Ephèse pour y poursuivre l’oeuvre entreprise. Il trouva là une douzaine de Chrétiens, convertis par Apollos, mais qui n’avaient reçu que le baptême de Jean. Dès qu’ils furent baptisés et que Paul leur eut imposé les mains, ils se mirent à prophétiser, remplis de l’Esprit Saint. Pendant trois ans, Paul parla à Ephèse du Royaume des cieux, et comme il se heurtait à l’opposition des Juifs à la synagogue, il prit à part les disciples et compléta leur instruction dans une salle louée. C’est ainsi que la Bonne Nouvelle put se propager dans toute la province d’Asie. De plus l’Apôtre soutenait de loin, grâce à ses lettres, les Chrétiens de Corinthe et de Galatie ». Dieu opérait par ses mains de nombreux miracles, à tel point quil suffisait d’appliquer sur les malades des mouchoirs ou des linges qui avaient touché son corps, pour qu’ils soient guéris. Un tel succès inquiétait les orfèvres qui vivaient du culte d’Artémis. Ils se soulevèrent, provoquant une grande confusion dans la ville, et la foule traîna les compagnons de Paul au Théâtre. Quand le tumulte eut pris fin, par peur des autorités romaines, Paul décida de partir pour la Macédoine et, exhortant les fidèles de lieu en lieu, il revint à Corinthe où il passa l’hiver (57-58). Il y corrigea les déviations qu’il avait déjà condamnées par lettre, et c’est là qu’il écrivit sa grande Epître aux Romains, qui définit de manière capitale la doctrine du Salut, comme don gratuit accordé par la grâce de Dieu, moyennant la foi en Jésus-Christ.

Ayant reçu les fruits de la collecte destinée aux frères de Jérusalem, il projeta d’aller la leur remettre en main propre, le jour de la Pentecôte. Les Juifs ayant de nouveau suscité un complot contre lui, il voulut s’embarquer pour la Syrie, mais l’Esprit lui dit de s’en retourner par la Macédoine. A Troas, comme il enseignait les frères, toute la nuit, après la célébration de l’Eucharistie, un adolescent, nommé Eutyque, entraîné par le sommeil, tomba du troisième étage. On le releva mort, mais Paul le ressuscita. Il se rendit ensuite à pied à Assos et Myre, puis s’embarqua pour Milet, où les anciens de la communauté d’Ephèse vinrent le voir. Il leur annonça que l’Esprit Saint l’avait averti que chaînes et tribulations l’attendaient à Jérusalem, mais il ajouta : « Je n’attache aucun prix à ma propre vie, pourvu que je mène à bonne fin ma course et le ministère que j’ai reçu du Seigneur Jésus : rendre témoignage à l’Evangile de la grâce de Dieu ». Puis, leur rappelant les labeurs qu’il avait dépensés pour la fondation de leur Eglise, il les exhorta à se sacrifier pour l’édification des fidèles et, après avoir prié à genoux, tous se jetèrent, en sanglots, au cou de Paul pour lui dire adieu.

Passant par Kos, Rhodes et Patare, l’Apôtre fit halte à Tyr pour y enseigner les fidèles, puis il repartit par Ptolémais et continua à pied jusqu’à Césarée de Palestine, où il fut reçu dans la maison de Philippe le Diacre (cf. 11 oct.). Malgré les avertissements du Prophète Agabus, il continua sa marche volontaire vers Jérusalem, disant à ses compagnons qu’il était prêt non seulement à être arrêté, mais encore à mourir à Jérusalem pour le Nom du Seigneur.

Il fut accueilli avec joie par les frères de la Ville sainte et, les anciens s’étant réunis chez Jacques, Paul leur exposa en détail toutes ses missions parmi les païens, et il leur remit l’argent réuni par les jeunes communautés pour venir en aide aux pauvres de Jérusalem. Averti par les Apôtres que les Juifs ne manqueraient pas de l’accuser d’avoir abandonné les pratiques de la Loi, il se joignit alors à un groupe d’hommes qui, tenus par un voeu, allaient offrir un sacrifice au Temple. Lorsque les sept jours de ce voeu touchèrent à leur fin, des Juifs d’Asie ayant aperçu Paul dans le Temple, ameutèrent la foule et mirent la main sur lui, en l’accusant de prêcher partout contre le Temple et les prescriptions du Judaïsme. On le traîna hors du Temple, en cherchant à le faire mourir, mais des soldats intervinrent pour le dégager et le portèrent jusqu’aux degrés montant à la forteresse Antonia. Paul, s’adressant en araméen au peuple, réussit à imposer le silence et il raconta sa conversion, mais dès qu’il mentionna sa mission auprès des païens, la foule hurla : « Otez de la terre un pareil individu! Il n’est pas digne de vivre! » Le tribun ordonna de lui donner la question, mais Paul ayant révélé qu’il était citoyen romain, il fut épargné. Le lendemain, il comparut devant le Sanhédrin et déclara qu’il était emprisonné pour son espérance en la résurrection. Ces paroles suscitèrent une querelle entre Saducéens et Pharisiens, qui étaient justement divisés sur cette question, et il fut reconduit à la forteresse. Le Seigneur lui apparut la nuit suivante, et lui dit : « Courage! de même que tu as rendu témoignage de Moi à Jérusalem, ainsi faut-il encore que tu témoignes à Rome. » Le tribun, ayant appris que les Juifs avaient fomenté un complot pour le tuer, fit transférer Paul, sous bonne escorte, à Césarée, où résidait le procurateur Félix. Le grand prêtre et quelques anciens vinrent y déposer contre lui, mais Paul démontra que sa conduite n’était en rien condamnable, tant au regard des lois romaines que du Judaïsme. Félix reporta l’affaire jusquau retour du tribun Lysias et, entre temps, il vint avec sa femme écouter le prisonnier parler du Seigneur Jésus; mais dès que Paul évoqua la continence et le Jugement à venir, Félix le renvoya effrayé. L’Apôtre resta deux années prisonnier à Césarée, jusqu’à ce que Porcius Festus, ayant succédé à Félix , voulût le transférer à Jérusalem pour y être jugé; mais Paul en appela à l’empereur, en qualité de citoyen romain. Il comparut devant le roi Agrippa, venu à Césarée saluer Festus, et, après avoir entendu son apologie, ce dernier déclara qu’il aurait pu être relâché s’il n’en avait appelé à César.

Embarquant avec son escorte de soldats et quelques disciples, ils parvinrent à Myre en Lycie, où ils trouvèrent un navire en partance pour l’Italie. C’est à grand peine qu’ils arrivèrent au sud de la Crète, et, ne voulant pas y passer l’hiver, ils reprirent la route malgré les avertissements de Paul. Peu après, le navire fut pris dans une violente tempête. Alors qu’on avait perdu tout espoir de salut, Paul annonça qu’un Ange lui était apparu pour l’avertir que Dieu lui accorderait la vie sauve, ainsi qu’à tous les passagers, car il convenait qu’il parvînt à Rome. Au bout de quatorze jours, le navire échoua à Malte, où les rescapés purent passer l’hiver. Ils reprirent la mer trois mois plus tard et, passant par Syracuse et Rhégium, abordèrent. au port de Puteoli (Puzzoles), puis gagnèrent de là Rome à pied, par la voie Appia. Des frères, informés de sa venue, vinrent à la rencontre de l’illustre prisonnier et, une fois parvenu dans la capitale, Paul put jouir d’un régime de faveur, logeant dans un appartement où il pouvait recevoir librement des visiteurs. C’est pendant cette détention de deux ans (61-63) qu’il écrivit ses Epîtres aux Eglises de Colosses, (Philippes) et Ephèse, dans lesquelles il évoque toute la profondeur du Mystère du Christ, tenu caché en Dieu depuis l’origine et révélé, à l’accomplissement des temps, afin qu’en Lui, en qui toute la plénitude de la divinité habite corporellement, tous les êtres, aussi bien sur la terre que dans les cieux, soient réconciliés par la Croix, et que les hommes deviennent fils adoptifs de Dieu par la grâce du Saint Esprit. Prescrivant inlassablement aux Eglises de tout accomplir dans l’ordre et la charité, l’Apôtre exhortait ses disciples à revêtir l’Homme Nouveau, afin que, grandissant dans la charité et la vérité de l’Evangile vers Celui qui est la Tête, ils réalisent la plénitude du Corps du Christ.

Le procès devant le tribunal de l’empereur s’étant terminé par un non-lieu, Paul fut libéré et, de Rome, il se rendit peut-être en Espagne, comme il le désirait depuis longtemps (cf. Rom. 15, 24) . Il semble qu’il ait fait ensuite un autre voyage en Orient, passant par la Crète, l’Asie Mineure, Troas et la Macédoine, comme en témoignent ses Epîtres à Timothée et à Tite. De nouveau arrêté , dans des circonstances qui sont restées inconnues, il fut conduit à Rome, seul avec Luc, et soumis à une réclusion de beaucoup plus pénible que lors de son premier emprisonnement. Du fond de son cachot, insalubre, froid, ténébreux et humide, l’Apôtre écrivait : « Le moment de mon départ est venu. J’ai combattu le bon combat jusqu’au bout, j’ai achevé ma course. Et maintenant, voici qu’est préparée pour moi la couronne de justice… » (II Tim. 4:7). Après avoir été soumis à un jugement en tant que citoyen romain, il fut décapité, sur la route d’Ostie, à quelque distance de la ville. On rapporte que la tête de l’Apôtre rebondit à trois reprises sur le sol et que trois sources jaillirent là.