DIOCÈSE D'EUROPE OCCIDENTALE DE L'ÉGLISE ORTHODOXE SERBE
  • Српски језик
  • Français
Menu

Saint Apôtre et Évangéliste Matthieu

Publié le 18/02/2016

Saint Apôtre et Evangéliste Matthieu
Saint Apôtre et Evangéliste Matthieu

Le Saint Apôtre Matthieu portait tout d’abord le nom de Levi. Il était le fils d’Alphée et exerçait la profession de collecteur d’impôts (publicain). Un jour qu’il se tenait au bureau de la douane, Jésus vint à passer avec toute une foule derrière Lui, qui recevait avec avidité son enseignement. Le Seigneur tourna son regard vers Matthieu et lui dit: « Viens à ma suite!» Le publicain se leva alors et le suivit sans une pensée ou même un regard pour ce qu’il laissait derrière lui. Avant de partir sur les routes à la suite du Christ, il offrit chez lui un grand banquet, auquel prirent part Jésus et ses disciples, ainsi qu’un grand nombre de publicains et de pécheurs publics. Comme les Pharisiens s’en scandalisaient, le Seigneur dit: « Ce ne sont pas les gens en bonne santé qui ont besoin du médecin, mais les mal portants. Je ne suis pas venu appeler les justes, mais les pécheurs au repentir» (Luc 5, 27; Mat. 9, 13; Mc 3, 17).

Matthieu suivit le Christ dans tous ses voyages à travers la Palestine et fut témoin de ses enseignements et de ses miracles avant sa crucifixion et après sa Résurrection. Après avoir été empli de la grâce du Saint Esprit le jour de la Pentecôte avec les autres apôtres, il fut désigné pour évangéfiser les Juifs ses compatriotes. C’est pourquoi, huit ans après l’Ascension, il rédigea le premier, en hébreu, l’évangile, c’est à dire le récit des actes et des enseignements du Sauveur, pour les populations qu’il ne pouvait pas atteindre par son enseignement oral. Cet évangile fut traduit en grec quelques années plus tard par saint Jacques, premier évêque de Jérusalem, et copié par le saint apôtre Bartholomée (cf. 11 juin). Il ne tarda pas à remplacer l’original hébreu (araméen), dont il ne reste pas d’exemplaire.

Par la suite, saint Matthieu partit répandre la Bonne Nouvelle dans le pays des Parthes et endura de nombreuses tribulations de la part des paiens. Il parvint finalement à Hiérapolis, sur les rives de l’Euphrate et réussit, par la puissance de sa prédication, à convertir un grand nombre de païens à la vérité. Il trouva le repos dans la paix du seigneur, ayant atteint un âge avancé.

Selon une autre tradition, après avoir souffert beaucoup de mauvais traitements de la part des Parthes et des Mèdes récalcitrants à la vérité, le Saint Apôtre serait parti vivre dans les austères solitudes d’une haute montagne pour s’y consacrer à l’ascèse et à la contemplation. C’est là que le Seigneur lui serait apparu sous la forme d’un enfant et lui aurait donné un bâton, en lui ordonnant d’aller le planter près de l’église de la ville de Myrmène. L’évêque de la ville, Platon, reçut Matthieu solennellement en compagnie de tout son Clergé. Aussitôt que l’Apôtre eût planté le bâton en terre, celui-ci germa et donna des fruits d’où suintait un miel délicieux, comme un avant-goût des indicibles délices du Paradis. Une source d’eau fraîche jaillit également du pied de l’arbre et tous ceux qui s’y baignaient se trouvaient délivrés de leurs passions et des ténèbres de l’idolâtrie. Malgré tous les bienfaits qu’il procurait aux Parthes et même à la famille royale, le Saint Apôtre fut soumis par le roi à de redoutables tortures et périt finalement par le feu. Mais il parvint toutefois à convertir le tyran à la foi, par l’intermédiaire des nombreux miracles qu’accomplirent ses Saintes Reliques. Au moment d’être baptisé, le roi demanda à recevoir le nom de Matthieu. Il renversa les idoles dans tout son royaume et amena son peuple entier à la sainte Eglise. A la mort de Platon, il abdiqua, laissa son fils sur le trône et devint Evêque, selon les prescriptions laissées par le Saint Apôtre Matthieu.